mercredi 26 février 2014

Confidences et retour sur l'aventure

Après avoir fait 16heures d'avion et 8heures de train, sans compter les heures d'attentes interminables... nous sommes arrivés le 14 février dans le froid et la grisaille de la France!

Et oui, le retour n'était pas prévu aussi tôt mais on a du changer de programme!!!
Comme un blog c'est aussi une façon de se confier et puis vous (la famille, les amis, les copines blogueuses et tous les autres lecteurs...) vous nous avez suivi par le biais de ce blog, dans cette aventure, il est temps de vous dire les raisons de notre retour et de faire profiter de notre expérience les futurs routards qui se retrouveraient dans la même situation que nous.

N'ayant jamais montrer le bout de son nez jusqu'alors, nous avons décidé de tout vendre et tout quitter afin de partir en sac à dos en Asie et Australie.
Mais voilà qu'au bout de 15 jours de périple au Vietnam, j'avais un retard de...15jours... j'ai attendu d'être dans la grande ville d'Ho Chi Minh pour faire un test que par chance j'avais emporté avec moi, il s'est avéré être positif.
Dans l'heure qui a suivi, j'étais dans un laboratoire d'analyse pour vérifier si c'était vraiment vrai puis pour voir depuis combien de temps j'étais enceinte.
Et là, beaucoup de questions se sont posées et d'appréhension car ce n'était pas prévu là, en début de parcours, après avoir tout quitté pour faire ce voyage.
Deux jours après nous avions rendez-vous dans une clinique avec un gynécologue. Par chance, nous avons trouvé un établissement français, le Centre Medical International CMI au centre d'Ho Chi Minh où les médecins parlent français et sont très bien équipés.
Bref, on a pu poser toutes les questions qui nous trottaient dans la tête, faire les examens et sur les conseils de ce docteur nous avons décidé de continuer la route.
Nous avons fait une croix sur le Cambodge car trop de paludisme et nous nous sommes rendus en Thailande.
Bien sur, il a fallu faire 3fois plus attention à la nourriture et essayé de trouver une alimentation plus équilibrée, pas facile qu'en on trouve que du riz!
En plus,  je savais déjà que je n'était pas immunisée contre la toxo ce qui n'arrange pas les choses, surtout qu'en on mange dans des petits boui boui avec des règles d'hygiènes d'un autre temps!
L'eau n'étant pas potable, il faut oublier de manger des crudités dans les restos et choisir des choses bien cuites. Niveau produit laitier, ils ne connaissent pas... bref pas top top de manger équilibré!!!
On a quand même continué à vadrouiller et pris tout un tas de moyens de transport (bateau, avion, bus, train, scooter...).
En Thailande sont apparues les premières nausées et un dégoût total pour la nourriture. Faut savoir qu'il fait très chaud dans ces pays et que les odeurs de cuisine et d'égouts n'aident pas à se sentir mieux!!
En Malaisie ça c'est un peu mieux passé niveau nausées mais le riz commençait à me sortir par les yeux!
Pour la première écho à 12semaines on avait pris rendez vous à Kuala lumpur dans une clinique que nous avait recommandé l'ambassade : Prince court.
Le médecin parlait anglais avec des mots techniques mais on a réussi à comprendre l'essentiel, on a pu enfin le voir et entendre son petit coeur, que d'émotion!!!
Puis ils m'ont fait toute une série d'examen.
Le 25 décembre on a annoncé la nouvelle à nos parents qui étaient ravis!!!
On a continué la route vers l'Australie, où j'ai pu enfin trouver des aliments plus occidentaux et on a surtout beaucoup discuté et reçu de nombreux conseils de notre amie qui vit la bas et qui attend son deuxième enfant. J'ai aussi commencé à prendre des compléments alimentaires sur ses conseils, comprenant tout un tas de vitamines et nutriments essentiels "blackmores pregnancy" au moins c'était déjà ça de gagner.
Le périple en Van n'a pas été terrible pour moi, les 1700km en 5jours on était très fatiguant. Sur cette expérience on a raccourci le voyage et bien sur oublié le wwoofing prévu à la base. Pour se rendre en Indonesie, à Bali et y passer un mois.
On a choisi un peu plus de confort dans les hôtels avec toujours une piscine pour se rafraîchir.
Le ventre a commencé à bien se voir et les trajets sont devenus plus fatiguants.
Les 15derniers jours on a pas beaucoup bougé, juste profité de ces derniers instants de farnientes au soleil de Bali.
On est rentré en France pour la deuxième échographie des 20semaines, ça devenait plus risqué de continuer à voyager dans ces conditions, puis il faut penser maintenant à trouver un petit chez nous et racheter meubles, voitures et nécessaire bébé...
Je compte reprendre mon blog Cerise sur le pinceau dès qu'on sera de nouveau installé car j'ai un tas d'idées dans la tête de couture, déco et custo à partager!!!

Ayant trouvé peu de sujets sur voyager en étant enceinte, je voulais partager cette expérience et quelques conseils aux aventurières qui se retrouveraient dans la même situation :
J'avais fait les vaccins avant de tomber enceinte, je n'ai pas pris d'antipaludique car pas recommandé pour la grossesse et j'ai évité les zones où les risques d'infection sont élevés : le site de l'institut pasteur est très bien fait et mis à jour régulièrement.
J'ai abusé de l'antimoustique car dans ces pays tropicaux il y a plein d'autres maladies : anti moustique tropical 5 sur 5, efficace et recommandé pour les femmes enceintes.
Pour le sac à dos j'ai voyagé léger, moins de 10kg mais passé le 3eme mois j'ai carrément arrêté de le porter.
J'ai envoyé la déclaration de grossesse à la secu avant les 12semaines et fait l'écho dans les temps en conservant bien les factures pour pouvoir être remboursée d'une petite partie en rentrant.
En Australie, j'ai pris une assurance voyage grossesse car les frais médicaux sont très chers et la majorité des assurances voyage ne couvrent pas les femmes enceintes. On a aussi payé les billets d'avion avec la carte bleue ce qui permet d'être rapatrié au moindre problème.
Après je me suis reposée et j'ai oublié les sports à risque : plongée, surf... mais j'ai profité à fond  des baignades à la mer et dans les piscines.
Niveau transport je ne suis pas un bon exemple et malheureusement je le paye maintenant!
On s'est aussi dit au moindre soucis on arrête tout et on rentre!
Pour finir,  j'ai relativisé, respiré et chassé tous les soucis... essayé de ne pas stresser pour un rien pour finalement être heureuse tout simplement et savourer pleinement ce petit bout d'aventurier qui grandit en moi!

Une petite photo de mon ventre à 4mois, à Bali.

Merci pour vos nombreux et gentils commentaires tout au long de cette aventure!

samedi 22 février 2014

Compte rendu de Bali, Indonesie

Après avoir passé 1 mois à Bali, il est temps de faire le bilan de ce qu'on a aimé ou moins aimé dans ce pays. Bali a été le 5eme pays traversé en 4mois de voyage.

Ce que l'on a aimé :

  • La gentillesse et le sourire des balinais
  • Le coût de la vie peu cher, surtout pour nous
  • Les différents paysages : plages, rizières, volcan, fonds marins...
  • Des piscines dans tous les hôtels qu'on a fait avec le p'tit déjeuné inclus
  • La religion hindouiste et les offrandes quotidienne aux temples : le dévouement des balinais
  • La facilité de se déplacer dans l'île, à petit prix
  • La ville d'Ubud, Uluwatu et Sanur
  • La végétation tropicale
  • La cuisine balinaise, équilibrée et toujours à base de riz, des grillades à la sauce cacahouètes et les poissons grillés sauce épicée...
  • Peu de fast food (pour l'instant)

Ce qui nous a moins plu :
  • La pollution, les déchets sur les plages
  •  Les marchands ambulants qui nous harcèlent dans les grandes villes et sur les plages
  • Les embouteillages
  • Toujours négocier les prix qui sont gonflés au max pour les touristes
  • Le tourisme de masse dans la région de Kuta

Ce qui nous a étonné :

  •  La lenteur des balinais, très cool, surtout pas pressés
  • La monnaie : 1€ = 16000rps (roupie)
  • La musique traditionnelle, sorte de percussions répétitives, qui résonne partout dans l'île
  • La tenue de balinais : le sarong
  • Les combats de coqs, très prisés par les balinais qui parient la victoire de leur bête. On voit les coqs sur le bord des routes, enfermés dans des petites cages d'osier
  • Le café "kopi luwak" à base d'excréments de la civette (voir article précèdent)


En bref, nous aurons eu de la chance avec le temps car on s'y est trouvé pendant la période de la mousson. En journée les températures étaient proches des 40° et les orages éclataient en début de soirée, avec des trombes d'eau la nuit.
Nous aurons dépensé en moyenne 6€ à deux pour manger et 17€ pour les hôtels en se faisant plaisir de temps en temps avec des hôtels plus chics.
Les prix sont beaucoup plus élevés au Sud qu'au Nord en raison du tourisme de masse.
La beauté des paysages, la diversité du patrimoine culturel et l'art de vivre nous ont fasciné. Il y a tellement d'endroits à découvrir et les paysages changent au fur et à mesure que l'on parcourt l'île (plages, rizières, temples, lacs, volcan...).
On a été émerveillé par les traditions et les croyances omniprésentes  dans la vie des balinais, même avec un tourisme grandissant.
C'est une petite île où il faut prendre son temps pour découvrir les recoins, les petites routes, l'ambiance des villages et la joie des balinais.
Il faut s'éloigner  des zones trop touristiques du sud de l'île qui gâchent de beaux endroits.
On a quand même été assez choqué par la pollution des plages autour de la ville touristique de Kuta, c'est tellement dommage de gâcher de si beaux endroits...
Très heureux d'avoir pu faire le tour de l'île et s'imprégner de l'ambiance zen balinaise, le dépaysement est total!




samedi 8 février 2014

Sud de Bali, presqu'île de Bukit

 Retour sur Sanur après l'avoir quitté 10 jours plus tôt, le temps est toujours parfait mais pas assez de vent pour le kitesurf.
On ne reste qu'une nuit car on a déjà bien visité le coin et on entame le tour de la presqu'île de Bukit, avec ses falaises et ses nombreux spots de surf de classe mondiale!
On se pose pour commencer à Nusa Dua, plus précisément sur Benoa, sorte de bande de terre qui remonte vers le nord. C'est la continuité du lagon de Sanur, avec une petite différence, le bord de mer est constitué d'hôtels de luxe, d'immenses complexes avec de multiple piscines, de restaurants hors de prix et d'une route encombrée et ultra bruyante.
Comme on a pas le même budget que les touristes du coin, on se rabat sur un petit hôtel très sympa à 200m de la plage et on squatte un peu la piscine pour se reposer. On ne reste qu'un nuit car l'endroit n'est pas terrible, les warungs (resto locaux) sont chers et pas très bons, le lagon est rempli de jet ski où banane tractée (grosse ressemblance avec Phuket).
On part de l'autre coté de Bukit pour rejoindre Uluwatu et vadrouiller dans le ce coin. L'hôtel que l'on a choisi, est situé dans un immense complexe hôtelier, le Pecatu Indah Resort, qui comprend une dizaine d'hôtels et d'un golf.

L'endroit est surréaliste, c'est un grand parc désert avec de longues et larges routes animées par quelques scooters et taxis, et une vie locale inexistante, pas un resto ni supérette, rien...
On loge au New Kuta hôtel, sorte de club Marmara du coin avec une clientèle essentiellement chinoise (nouvel an chinois au même moment!).
L'endroit à l'avantage d'être à coté de deux superbes plages, Dremland et Balagan.
On part mangé sur Dreamland beach, minuscule bout de sable à marée basse mais très joli endroit de sable blanc et d'eau turquoise.
Dreamland beach

Le lendemain, on se rend sur Balagan beach. Il n'y a pas de plage à marée haute, la mer est dechainée et les nombreux rochers rendent la baignade dangereuse.  On mangera dans un petit resto sur pilotis, au dessus de l'eau. Oliv en profitera pour y faire du surf.

Lundi, on loue un scooter, direction l'extrême sud de l'île, pour visiter le temple d'Uluwatu, construit en haut d'une falaise et habité par des singes voleurs.
L'entrée est payante comme tous les sites en Asie, on nous demande de mettre un sarong par dessus nos vêtements pour aller le visiter et de ranger nos lunettes et autres objets à porté de main à cause des singes.
La vue est spectaculaire en haut de la falaise avec les rouleaux des vagues au pied.
Le temple n'est pas exceptionnel et surtout fermé comme la majorité des temples à Bali.

On décide de reprendre la route pour découvrir la plage d'Uluwatu, le paradis des surfeurs, (spot de surf de renommée mondiale) où seul les surfeurs pro peuvent se risquer aux véritables tubes de vagues.
Quelques échoppes bon marché se trouvent en haut de la falaise où on peut y manger des plats traditionnels (nasi goreng) ou boire un jus de fruits en admirant le panorama et les surfeurs se débattre dans les rouleaux.

Après ça, on va voir la plage de Padang padang, réputée aussi pour son spot de surf et sa belle plage de sable blanc, loin du tourisme de masse. Mais à marée haute il n'y a pas de plage et la baignade est dangereuse à cause des forts courants.
Le panorama vaut le coup d'oeil!

On y passera un bon moment avant de retrouver une petite villa louée pour deux jours avec piscine privée, pour un prix dérisoire, de quoi se ressourcer et rêver!!!

Après cette parenthèse, on se rend du coté de la baie de Jimbaran, en dessous de Kuta. Jimbaran est un village de pécheurs, avec une grande plage de sable blond et... à notre grande surprise on retrouve une mer polluée et une plage très sale pleine de détritus. Rien à voir avec les avis lus sur les sites internet.
Heureusement la majorité des hôtels sur l'île ont des piscines, beaucoup plus tentant pour se rafraîchir que de nager avec les plastiques!
Jimbaran
carte de Bali, notre trajet
Pour finir l'article, voici la petite histoire qui nous a bien amusé, du café le plus cher du monde qui se trouve à Bali : le kopi luwak.
En fait le luwak c'est une petit animal, sorte de fouine qui se nourrit des baies de café mais qui est incapable d'en digérer les grains. Le passage d'en son système digestif entraîne une réaction chimique qui aurait le mérite d'enrichir l'arôme des grains de café. Ainsi, les agriculteurs, récoltent les excréments, les nettoient, les font sécher au soleil et les torréfient. Un petit sac de 370 grammes peut atteindre le prix de 200€!